Le Comité d'Animation des Bois-Blancs

Le lien

* Nouveau Bois-Blancs - Vieux Bois-blancs *

Oeuvre réalisée par Jean-Marcq DEMARCQ.

Bois-Blancs : Le "lien" de Jean Marc symbolise le quartier en mutation.

Paroles d'habitants sculpteurs

LE LIEN, LE QUARTIER

 
Jean-Marc DEMARCQ nous a proposé comme thème pour cet atelier : « LE LIEN », le passage entre l’ancien quartier des Bois-Blancs et le nouveau quartier qui tend à se former.

En effet, notre quartier change de visage, des usines, des bâtiments sont démolis, d’autres sont rénovés et d’autres encore sont en construction.

 
Utiliser cette métamorphose comme thématique pour le façonnage de la terre focalise notre imaginaire et stimule la créativité.

Ce thème n’a été en rien un obstacle à notre liberté de créer. Bien au contraire, important et fort aux yeux de chacun, ce temps de passage entre notre environnement quotidien et les projets architecturaux futurs nous touche personnellement et a favorisé l’investissement artistique de chacun.

 
Quelques-uns d’entre nous ont fait le choix de sculpter des mains qui s’entrelacent et se soutiennent de multiples façons.

Ce choix symbolise l’accompagnement des habitants du quartier dans les projets de transformation de ce « village urbain » que sont les Bois-Blancs.

 
D’autres participants à l’atelier ont décidé de façonner dans la terre un couple formé d’un homme et d’une femme pour imager la complicité entre les anciens et les nouveaux acteurs.

Beaucoup, d’entre nous, pensent que malgré l’avenir technologique des Bois-Blancs avec EURATECHNOLOGIES, il ne faut pas oublier le passé industriel de nos jours. Nous avons un devoir de mémoire face à toutes ces usines de textile qui ont pendant des années, orné nos trottoirs et alimenté nos familles. Dans cette mutation actuelle, deux générations d’habitants se croisent et c’est aujourd’hui que nous devons nous donner la main. Car ce quartier, ce petit village, ce coin de Lille, nous est cher.

 
Ces quelques rues et canaux qui composent les Bois-Blancs font partie de l’identité de chacun de ses habitants. Leur modification et leur évolution engendrent inévitablement des répercussions sur les personnes. C’est pourquoi le nouveau quartier doit prendre en considération l’histoire et le vécu de ce qu’ont été les  Bois-Blancs. En contrepartie, l’ancien quartier doit offrir en héritage son expérience au futur « Bois-Blancs » qui va prendre son envol tout en s’inscrivant dans une filiation avec les lieux existants.

©Mathilde

  491 visiteurs depuis le 31 juillet 2018